Quelques jours après son retour à l’entraînement, tranquillement assis dans son jardin, Alphonse revient sur sa coupe du monde, ses vacances et son retour à Paris.

Coupe du Monde:

Partir presque deux mois avec la sélection c’est la chose que je désirais le plus au monde. Deux mois c’est long mais on s’accroche parce qu’ on sait qu’il y a un objectif de fou au bout et avec le groupe qu’on avait on ne s’ennuyait jamais, nous avions toujours une occupation. Nous étions nombreux de la même génération ou de génération proche, on se connaissait déjà bien de par les sélections de jeunes et de par nos parcours respectifs en club, pour la cohésion c’était parfait.

Au départ, on ne disait pas forcément aux médias qu’on voulait être champion du monde. Mais entre nous, un peu comme en U20 en 2013,  on se disait que  l’objectif était de finir sur le toit du monde et petit à petit, en avançant dans la compétition, on savait que c’était possible.
Les matchs de préparation ont permis de nous jauger, ils étaient difficiles, ce n’était pas génial, mais on n’a pas douté, il y avait du boulot mais en même temps cela a soudé le groupe. La prépa servait à cela, à discuter et à corriger et c’est ce qui s’est passé.

 

   

3ème gardien:

C’est une fonction différente car on sait qu’on a aucune chance de jouer. Mon rôle consistait donc à mettre tout le monde dans les meilleurs conditions, à encourager et à faire en sorte que cela se passe bien sur l’entraînement et les matchs.
On s’entraînait tous les 3 de la même façon, après Hugo jouait les matchs donc il devait plus se gérer lors des sessions d’avant et d’après match et quand lui devait couper un peu, nous étions là Steve et moi pour pallier le manque et permettre à ceux qui n’avaient pas ou peu joué de rester au top physiquement et prêt pour le prochain match.

   

Le PSG pendant la compétition:

Le PSG et les rumeurs sur Gianluigi Buffon j’y ai pensé un peu au début. J’en parlais avec Frank Raviot (entraîneur des gardiens), même si ce n’était pas le lieu, c’était important d’échanger plutôt que d’avoir des frustrations et d’avoir des pensées parasites.
Après, cela ne m’inquiétait pas plus que ça parce que j’avais prouvé ma valeur et mon implication lors de la saison.

Quand j’apprends l’arrivée de Buffon, d’un coté… Mais bon, c’est Buffon quoi ! Sa carrière est exceptionnelle, c’est une de mes idoles, c’est un peu le même effet qu’avec Grégory Coupet quand j’intègre le groupe pro du PSG.

Le futur:

Mon contrat s’achève à la fin de l’année. Le club m’a fait des propositions, on discute mais on n’est pas encore tombé d’accord. Après des deux cotés on n’est pas plus pressé que ça, le plus important c’est de reprendre avec l’équipe et de rejouer.
J’ai eu des discussions avec le coach et il a confiance en moi donc on verra comment se passe cette saison.
L’idéal, c’est de rester ici chez moi, de jouer le plus longtemps possible au PSG et d’être le titulaire indiscutable. Paris c’est ma ville ! Maintenant j’ai toujours dit que le temps de jeu était le plus important et c’est vrai.

Si un jour je dois quitter le club je le ferais… Mais pour l’instant je suis ici et je me donne à fond !

   

O.A